Naissance du réseau régional des référent·es de parcours de la Réussite éducative | À Tours

Naissance du réseau régional des référent·es de parcours de la Réussite éducative | À Tours

Retour sur la rencontre du 28 avril 2022

Ce sont les équipes de la Ville de Tours, élu·es et professionnel·les qui ont accueilli la toute première rencontre régionale des référent·es de parcours de la Réussite éducative. Une journée qui a pleinement atteint son objectif :  faire naître un nouveau réseau régional d’échanges et de partage d’expérience autour de ce métier exercé de manières diverses selon les profils des personnes et les territoires.  On vous raconte…

La Ville de Tours a accueilli la toute première rencontre régionale des référent·es de parcours de la Réussite Éducative, au Centre de Vie du Sanitas. À l’initiative de cette journée, Marie-Lise Aubry, directrice adjointe de la Cohésion Sociale, coordinatrice du PRE pour la Ville de Tours, avec son équipe de référent·es. Villes au Carré était sollicité pour co-organiser cette journée, en partenariat avec l’ANARÉ* et le soutien de la Direction Régionale de l’Économie, de l’Emploi du Travail et des Solidarités. 

Deux élu·es se sont mobilisé·es pour ouvrir cette rencontre : Marie Quinton, adjointe au Maire déléguée au Logement, à la Politique de la ville et à la Lutte contre l’exclusion et Franck Gagnaire, adjoint au Maire délégué à l’Éducation, à la Jeunesse, aux Familles et à la Petite enfance et à la Vie étudiante. Une co-présence qui soulignait l’importance attachée à l’enjeu d’articulation du PRE, de la politique de la ville et des politiques éducatives locales.

* Association Nationale des Acteurs de la Réussite Éducative

L’enjeu  : Mieux définir le métier de référent·es de parcours 

Intervention de Jean-Marc Berthet
Intervention de Marie Quinton et Franck Gagnaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Marc Berthet qui accompagne les politiques éducatives depuis une vingtaine d’années était notre invité pour cette journée régionale. Son expertise a porté sur l’identité professionnelle des référent·es de parcours. Si ces métiers ont des points communs, ils ont aussi beaucoup de différences : de leurs statuts (contractuel, statuaire…) à leurs qualifications (diplôme de travailleur social ou pas), en passant par leur place dans un collectif (exercice solitaire, travail sur un territoire isolé ou au contraire, équipe nombreuse…), les configurations sont nombreuses et de plus l’amalgame est parfois fait entre référent·es de parcours et coordinateurs·trices. “Souvent j’ai en face de moi des coordonnateur·trices de la Réussite et des référent·es de parcours, mais il est très rare qu’une rencontre régionale soit exclusivement consacrée aux référent·es de parcours. Comme si la réussite éducative réunissait un corps de métier unifié entre coordinateur·trices du programme ou dispositifs et référents de parcours. Il me semble bien que ce sont deux métiers différents” (Jean-Marc Berthet). 

L’enjeu du jour était donc bien d’identifier ce qui fait commun entre les référent·es de parcours pour mieux définir leur métier. C’est peu dire que les propos du sociologue ont fait écho aux réalités de terrain des référent·es qui étaient venus nombreux depuis Vierzon, Montargis, Châteauroux, Saint-Jean-de-la-Ruelle… 

 

 

 

 

 

 

On est des couteaux suisses

“Savoir expliquer ce que l’on fait” joue un rôle majeur pour asseoir la professionnalité des référent·es de parcours et aller vers une plus grande reconnaissance. C’est ce sur quoi les professionnel·les ont travaillé au fil des ateliers.

 

Résultat de ces cogitations, de premiers éléments pour bâtir un référentiel métier. Les référent·es de parcours mettent en avant leur ouverture d’esprit et leur bienveillance mais aussi leur capacité à se préserver (prise de recul) face à des familles qui vivent des situations parfois très difficiles. Une grande capacité d’adaptation aux familles et de disponibilité pour les partenaires est également notée. Ce savoir-être est l’une des clés du métier. Du côté des savoir-faire, les professionnel·les attirent l’attention sur leur capacité de gestion (élaboration de projet, suivi des enfants via un logiciel, rédaction des rapports intermédiaires…), de médiation (entre les familles et les institutions), de coopération avec les partenaires, l’animation (des ateliers collectifs…). 

Au fil de la journée, les participant·es ont pu parcourir l’exposition photo illustrant les ateliers enfants proposés par l’équipe tourangelle. Une initiative de Marie-Lise Aubry, complétée par un reportage vidéo sur le travail partenarial instauré à Tours par les référent·es et qui donne la parole aux familles accompagnées. À quelques semaines de l’évaluation finale des contrats de ville, Jean-Marc Berthet a souligné l’importance de capitaliser et rendre visible l’expérience acquise : “Évaluer, c’est faire deux choses : dire la valeur de ce que l’on a produit et mettre en valeur ce que l’on a fait.

À l’issue des ateliers, les référent·es de parcours ont présenté le fruit de leur travail à Emmanuel Denis, Maire de Tours et Claire Fradet, cheffe de service politique de la ville à la DDETS 37

Emmanuel Denis, Maire de Tours

 


Le compte-rendu de la journée est réservé aux membres du réseau.

Retrouvez les synthèses des dernières rencontres régionales PRE ↓

En plus ↓


Contact ↓

Anne GAUVIN, assistante d’études et de projets sur la Politique de la ville : anne.gauvin@villesaucarre.org – 07.68.23.08.64